flottant sur l’eau             soie dense           extraordinairement profonde
portés par l’eau            nos corps           allongés     infinis
étirés     en étoile              ruissellement sombre           nos corps
brusquement  redressés           cygnes gris   s’approchant
claquant du bec      menaçants          à nouveau  déployés           allongés
quand          se sont éloignés       nous laissant flotter
soulevées au gré   des     vagues          flotter          les yeux fermés
si on pensait à        la profondeur de l’eau       
sous nos corps         l’à-pic    d’obscurité liquide          on serait peut-être
aspiré        par    cette profondeur        montagne inversée        
nous flottons        ouvrant parfois les yeux        
apercevant masses abruptes  de    collines sombres        
gloriette jaune     ocre         apercevant grands arbres touffus        étendant
nos bras nos   mains        nos jambes         instant plein     instant
nous flottons        plénitude de l’eau       
on oublie         on aime tant    la paix du lac        on croit    à la paix sublime
du lac      on sait pourtant      ce qui s’est passé           se passe            
à un      deux kilomètres       fato storico       signale le panneau
routier        on voudrait effacer  le     souvenir des   roses          artificielles
accrochées        au-dessus      de      la croix noire        on voudrait
oublier        bercées par les vagues           oublier         le nom  du Duce
en lettres dorées  sur      une croix noire         un mémorial
impensable ?       on sait pourtant     la nostalgie fasciste         
de      certains           de  beaucoup ?          plonger sous la surface   du lac
resurgir          que l’eau ruisselle         sur nos paupières sur    nos joues
que lac nous lave          non-dit de la signalétique routière        fato storico
bizarrement traduit par       historical sight      sur la deuxième ligne
du panneau       puis la date        28.04.1945        
nous flottons        onde mémoire onde oubli        et résurgence       
nous flottons      ouvrant à demi les yeux      balustres  rosées      
densité  végétale     notre peau mi-eau   mi-air     impression neige     
au loin      on ne pense pas        au gouffre sous        nos corps       
fondent dans l’instant       puissance des eaux lourdes
le paysage nous avale          plein lac           nous     maintenant     ici

écrit pour l’atelier d’été de François Bon “Pousser la langue